Vous êtes ici : Accueil  Articles  Découvrir  Ecogestes

Écogestes : bientôt le retour de la consigne du verre ?

Copyright : Baynham Goredema

Comment ça marche ?

Les plus de trente ans s’en souviennent sans doute : jusqu’au début des années 1980, quand une bouteille en verre était vide, on la rapportait au supermarché et on récupérait de l’argent en échange.

 
Le principe de la consigne du verre est très simple : à l’achat d’une bouteille en verre, le consommateur paie une somme supplémentaire ("la consigne") qui lui est rendue, en espèces ou sous la forme d’un bon d’achat, quand il rapporte la bouteille en magasin.

 
Cette somme, s’élevant à une vingtaine de centimes par bouteille, permet d’inciter les consommateurs à rapporter les bouteilles consignées après usage, afin qu’elles puissent être réutilisées et remplies de nouveau.

 

 

 

 

Quels sont les avantages ?

La consigne du verre, qui était très répandue en France jusqu’au début des années 1980, est peu à peu tombée en désuétude avec l'arrivée des bouteilles en plastique : elle a alors été abandonnée au profit du tri sélectif des emballages.

 
Pourtant, cet écogeste un peu oublié présente une multitude d’avantages, tant pour l’économie que pour l’écologie.

 
Récupérer les bouteilles consignées permet de les laver plutôt que de les casser, et cela fait toute la différence !

 
Quand vous jetez des bouteilles vides dans le conteneur de recyclage du verre, celles-ci sont cassées en mille morceaux, puis placées dans un four à 1500°C pour les faire fondre. Tout ça pour pouvoir les mouler à nouveau et obtenir… de nouvelles bouteilles vides !

 
Quand une bouteille en verre est consignée, on la récupère, on la lave et puis c’est tout !

 
L’intérêt écologique est bien réel, puisque la bouteille peut être réutilisée environ 20 fois et produit 79% de moins de gaz à effet de serre.

 
Lors de chaque cycle de vie, elle subit un simple passage en station de lavage avant retour chez le producteur, ce qui est beaucoup plus économe en énergie.

 
Au-delà du simple bon sens, qui incite à réutiliser les emballages en verre, la consigne comporte aussi des avantages pour les consommateurs, les professionnels et les collectivités.

 
Le fonctionnement et l’intérêt de ce système sont très bien expliqués dans la vidéo ci-dessous, réalisée par la Fondation Nicolas Hulot :

 

Où en est-on en France ?

Vous l’ignoriez peut-être, mais la consigne du verre n’a pas complètement disparu en France.

 
Cette pratique s’est maintenue en Alsace, sans doute sous l’influence de l’Allemagne où cet écogeste est bien ancré dans les habitudes.

 
Elle a également perduré dans le secteur de l’hôtellerie restauration, où beaucoup de cafés, d’hôtels et de restaurants ont gardé l’habitude de rendre les emballages consignés.

 
À l’heure où les citoyens se demandent ce qu’ils pourraient faire concrètement pour l’environnement, plusieurs associations en France tentent de relancer cette ancienne pratique de la consigne.

 
En Alsace, l’association Zéro Déchet Strasbourg s’est associée à des entreprises régionales (la brasserie Météor, l’eau Carola et la limonade Lisbeth) pour créer le réseau Alsace Consigne.

 
Au vu des avantages écologiques et économiques de la consigne, des expérimentations sont également menées dans le Var, les Hauts-de-France et le Jura au sein du Réseau Consigne.

 
Un peu partout en France, la marque Jean Bouteille associe la vente en vrac de liquides à des bouteilles réutilisables et consignées. Son but ? Permettre aux consommateurs d’acheter des produits liquides (huiles, bière, jus de fruit…) sans générer de déchets !

 
Les consommateurs aussi sont gagnants car acheter en vrac coûte entre 5 et 20% moins cher selon Gérard Bellet, le fondateur de Jean Bouteille.

 

http://www.reseauconsigne.com/

Auteur :   |   Date de création :   |    Dernière mise à jour : 27/05/2019