Vous êtes ici : Accueil  Articles  Découvrir  Ecogestes

Déchets dans la nature : les sanctions s'alourdissent

Copyright : waferboard on Flickr

Des sanctions plus lourdes

Jusqu'à 450 euros d'amende : c'est le montant maximum qu'il peut vous en coûter pour abandon de déchet sur la voie publique, c'est-à-dire dans la rue, mais aussi dans la nature, sur la plage ou en mer.

 


Depuis le décret n° 2015-337 du 25 mars 2015, visant spécifiquement les dépôts de déchets sauvages et les dégradations de la voie publique, le "fait d'abandonner, de jeter ou de déverser des ordures, déchets, déjections, matériaux, liquides insalubres ou tout autre objet de quelque nature qu'il soit, en lieu public ou privé, si ces faits ne sont pas accomplis par la personne ayant la jouissance du lieu ou avec son autorisation" est passible d'une amende maximale de 450 euros contre 150 euros auparavant.

 


La loi s'applique bien sûr si vous polluez la nature avec du liquide de vidange ou des matériaux (de type tôle, ciment, bois), mais aussi pour des gestes qui peuvent sembler plus "anodins" comme jeter un mégot de cigarette ou un papier d'emballage.

 


Vous êtes également passible d'une amende si vous laissez les déjections de votre chien sur la voie publique.

 

Des amendes qui vont crescendo

Concrètement, si vous êtes pris en flagrant délit de pollution de la voie publique, vous devrez payer 68 euros d'amende (contre 35 euros auparavant) si vous êtes verbalisé sur place et que vous payez votre contravention immédiatement ou dans un délai de 45 jours.

 


Si vous dépassez ce délai, le montant de la contravention passe à 180 euros (contre 75 euros auparavant) et vous avez à nouveau un délai de 45 jours pour régler cette amende.

 


En revanche, si vous refusez de vous acquitter de la contravention ou que vous la contestez, le juge pourra fixer une sanction allant jusqu'à 450 euros maximum.

 

Une pollution majeure

L'objectif de ce décret est bien sûr d'éradiquer cette mauvaise habitude consistant à abandonner ses déchets n'importe où, et en particulier sur les plages.

 


Pour que le littoral ne se transforme pas en décharge à ciel ouvert, chacun doit éviter d'y laisser ces petites choses (papiers, mégots, chewing-gums) qui une fois additionnées finissent par représenter une véritable pollution.

 


En effet, la plupart de nos déchets ne sont pas biodégradables. Saviez-vous par exemple qu'un papier de bonbon a une durée de vie de 5 ans ? Qu'une boîte de conserve pollue la nature pendant 50 ans et une cannette en aluminium pendant 100 ans ?

 


Un simple mégot de cigarette a une durée de vie de un à cinq ans, mais il est redoutable car il pollue à lui seul 500 litres d'eau ! Or, au moins 30 milliards de mégots sont jetés au sol chaque année en France...

 


Mais le pire ennemi du milieu marin reste le plastique car :

  • il représente entre 60 et 90% des déchets ramassés sur les plages (gobelets, sacs plastique et tubes de crème solaire)
  • 250 milliards de fragments de plastique contaminent aujourd'hui la mer Méditerranée
  • les matières plastiques ont une durée de vie moyenne de 500 ans

 

Des solutions simples

Pour remédier au fléau des déchets abandonnés dans la nature et éviter une lourde amende :

  • jetez vos déchets dans les poubelles publiques
  • prévoyez votre propre sac poubelle quand vous partez en pique-nique
  • adoptez le cendrier de plage
  • en ville, éteignez vos mégots avant de les jeter dans une poubelle (n'oubliez pas que ce que vous jetez au sol finira tôt ou tard à la mer !).

 


Par ailleurs, de nombreuses organisations et communes se mobilisent contre ce problème de déchets. On peut citer comme exemples la Surfrider Foundation et la campagne Vacances propres soutenue par près de 1000 communes partenaires (voir le lien ci-dessous).

 

http://www.vacancespropres.com/

Auteur :   |   Date de création :   |    Dernière mise à jour : 20/07/2015