Vous êtes ici : Accueil  Articles  Découvrir  Ecogestes

Climat : l'Australie va planter un milliard d'arbres

Copyright : Kazuend

L'Australie veut se mettre au vert

L'Australie a subi ces derniers mois un épisode caniculaire extrême avec des températures atteignant 49,5°C par endroits, qui a été suivi d'inondations exceptionnelles.

 
Le gouvernement, accusé de ne rien faire contre le changement climatique, a annoncé le 16 février dernier un vaste programme visant à planter un milliard d'arbres d'ici 2050, soit 400.000 hectares de forêts supplémentaires.

 
L'objectif affiché par le Premier ministre Scott Morrison est de capturer 18 millions de tonnes de carbone supplémentaires d'ici 2030 pour se rapprocher des objectifs des Accords de Paris.

 
Le pays s'est engagé à réduire ses émissions de 26 à 28% par rapport au niveau de 2005, mais il fait pour l'instant figure de mauvais élève avec des émissions annuelles de 500 millions de tonnes et qui ne cessent de grimper.

 
Le coût de cette opération de plantation est de 8 millions d'euros, mais le gouvernement australien y voit aussi une opportunité pour son économie : le pays espère relancer l'industrie forestière et créer 18.000 nouveaux emplois dans les dix prochaines années.

 

 

 Copyright : USFS Region 5

 

 

Il y a une tendance globale au reboisement

L'Australie n'est pas le seul pays à miser sur les arbres pour lutter contre le réchauffement climatique.

 
De nombreux pays ont eux aussi mis en oeuvre de vastes programmes de plantations, notamment :

  • la Chine et sa "grande muraille verte" : 66 milliards d'arbres ont déjà été plantés le long du désert de Gobi depuis 1978 afin d'endiguer l'avancée du sable

 

  • l'Inde qui a battu un record du monde en 2017 avec 66 millions d'arbres plantés en seulement 12 heures... par 1,5 million de bénévoles !

 

  • le Pakistan : ce pays a annoncé en juillet 2018 qu'il allait planter 10 milliards d'arbres sur l'ensemble de son territoire d'ici 2023

 
Au niveau des villes aussi, des projets sont mis en place : en décembre 2018, Milan s'est fixé un objectif de 3 millions d'arbres d'ici 2030 pour "améliorer la qualité de l'air et l'environnement des habitants".

 
Une récente étude a d'ailleurs révélé que notre planète verdit. Elle a gagné 5,5 millions de km2 de forêt entre 2000 et 2017, soit l'équivalent de l'ensemble de la forêt amazonienne.

 

 

Copyright : Vladimir Yu

 

Est-ce vraiment efficace ?

L'annonce de l'Australie intervient alors qu'une étude sur le sujet vient justement de paraître.

 
Les auteurs de cette étude estiment que planter 1200 milliards d'arbres supplémentaires dans le monde permettrait d'absorber suffisamment de CO2 dans l'atmosphère pour annuler dix ans d'émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine.

 
Or, il suffirait selon eux d'utiliser les parcs ou les terrains abandonnés pour réaliser ces plantations sans empiéter sur les terres agricoles.

 
Cependant, l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) appelle à la prudence. Si les forêts agissent effectivement comme d'incroyables puits de carbone, elles peuvent aussi devenir émettrices de CO2 et aggraver le problème...

 
En effet, une sécheresse, des assauts d'insectes ou des incendies peuvent rapidement renvoyer dans l'atmosphère tout le CO2 qu'une forêt a patiemment accumulé au fil des décennies.

 
En conclusion, il ne suffit pas d'annoncer des chiffres spectaculaires pour qu'un reboisement soit efficace contre le réchauffement climatique.

 
Dans le cas particulier de l'Australie, la reforestation ne devrait pas être la seule solution envisagée, car ce pays reste largement dépendant du charbon qui représente encore les deux tiers de sa production électrique.

 

 

Copyright : Mark Wolfe/FEMA

 

Bon à savoir

Alors que l'Australie cherche des solutions pour atteindre ses engagements pris lors des Accords de Paris, il convient de souligner que la grande majorité des pays signataires peinent à remplir leurs objectifs.

 
Ils sont 157 pays à avoir pris des "engagements volontaires" de réduction des gaz à effet de serre à l'issue de la COP21.

 
Mais, selon une évaluation menée par le think tank US World Resources Institute et deux centres de recherche de la London School of Economics, seuls 58 pays sur les 157 ont effectivement adopté des lois ou des mesures visant à réduire leurs émissions de CO2.

 
Toujours selon la même étude, 16 pays seulement ont engagé des actions suffisamment ambitieuses pour tenir leurs engagements et parmi eux, aucun n'appartient à l'Union Européenne...

 

 

 

Auteur :   |   Date de création :   |    Dernière mise à jour : 18/03/2019